Page 63

Case 1 (case cinémascope prenant toute la largeur de la page)

Extérieur jour. Matinée d’automne calme et maussade. Plan rapproché du fort devant le rez-de-chaussée et ses grandes baies vitrées opaques.

Case 2 (cinémascope, plus haute que la case précédente)

Intérieur jour derrière ces baies voûtées. Un ancien garage aménagé en atelier d’artiste. Plan d’ensemble. C’est le fouillis organisé. Les cases suivantes feront l’objet d’une visite selon plusieurs angles. Cette case montre le lieu tel qu’il apparaît au visiteur une fois la porte franchie.

Case 3

Dans un coin sont remisés deux vélos (ceux utilisés par Ninie et Mehdi) entre des cartons, des cagettes et des bocaux. Il y a un lave-linge et un panier rempli de vêtements en vrac qui attendent leur tour de lavage devant la machine.

Case 4

À un autre endroit, quelques chevalets, des toiles posées un peu partout, sur les chevalets et à même le sol, représentant des natures mortes, des scènes de bataille, des intérieurs de palais dans un style pompier. Au mur, deux étagères rassemblent des livres d’art dont de nombreux sur Monet.

Case 5

Plus loin, un établi sur lequel sont entreposés de vieux châssis sans toile, des toiles peintes sans châssis, une soucoupe remplie de clous rouillés, une collection de verres rassemblant des pigments de toutes les couleurs, des tubes de peinture usagés, des bocaux remplis de pinceaux et de brosses, quelques outils éparpillés. Au-dessus de l’établi, un grand panneau distributeur d’outils partiellement occupé, les emplacements vides proposant le dessin de l’outil manquant.

 

Page 64

Case 1

Enfin, la table à dessin devant laquelle Ninie travaille. Ses cheveux sont attachés et elle porte une paire de lunettes loupes. Devant elle, une toile ancienne déclouée de son châssis est fixée par de petits serre-joints aux quatre coins de la table. Elle est équipée d’une feuille de papier de verre et tient dans sa bouche un petit couteau d’ébéniste. Minutieusement, elle ponce la peinture d’une scène de chasse style Barbizon.

Case 2

Plan de la porte vitrée qui s’ouvre et laisse apparaître Mehdi chargé de sacs de courses alimentaires.

Case 3

Il a abandonné les sacs près de la porte et s’est avancé vers Ninie. Le plan les montre de face, Ninie affairée et Mehdi ayant posé ses mains sur les épaules de la faussaire, comme pour un massage. Il dit :

– Tu es là depuis ce matin, tu n’as pas mis le nez dehors ?

Elle, toujours le couteau entre les dents :

– Hon hon.

Case 4

Même plan. Le regard de Mehdi se tourne vers l’endroit où sont entreposés les chevalets et les toiles. Il fait remarquer :

– Depuis qu’ils t’ont livré les croûtes, tu ne sors plus de l’atelier. Les dix, douze heures de travail par jour, ça me replonge dans mes années étudiantes, ça… Ah ! nostalgie…

Case 5

Même plan. Elle a retiré le couteau de sa bouche, levé la tête afin de capter le regard de Mehdi, et révèle :

– L’émotion, c’est au cours du travail que je la vis. La préparation peut paraître fastidieuse, mais le résultat est tributaire de cette phase durant laquelle les éléments de composition se mettent un à un en place dans ma tête… Quand c’est fini, je ne ressens plus qu’un grand vide… C’est pour cette raison qu’une fois lancée j’ai du mal à mettre le frein à main… Parfois même, je suis prise de tremblements… Comme dans un « état troisième ».

Case 6

Plan de trois-quarts dos de Mehdi qui, après s’être détaché de Ninie, scrute avec perplexité une toile représentant un portrait de femme à la manière de Renoir. Il pose la question :

– Je me demande… En quoi décide-t-on qu’un tableau est une croûte ou bien une œuvre d’art ?

Case 7

Plan de Ninie qui a fait pivoter son tabouret de 90 degrés et regarde Mehdi d’un air amusé. Elle répond :

– C’est le marché qui fait foi, avec sa cohorte de spécialistes que sont les marchands, les experts, les historiens, les nantis… L’art ne vaut que par ce qu’il coûte.

Case 8

Même plan que case 6. Mehdi :

– Et si je te disais que celle-là me plaît beaucoup, que je la trouve émouvante ?

Case 8

Même plan que case 6. Ninie rétorque avec un grand sourire :

– Eh bien, au mieux je te répondrais que tu es un ringard… Au pire que tu risquerais de perdre gros en misant là-dessus.

 

Page 65

Case 1

Même plan, mais élargi. Ninie est venue se blottir dans le dos de Mehdi qui tient toujours la toile devant lui. Elle a posé le menton sur son épaule et ses bras l’entourent. Elle enchaîne :

– Il n’y a rien de compliqué. Tout est bien pareil : musique, littérature, cinéma, même les émissions de télé. Si tu as un public, tu es bon ; sinon, va te rhabiller !

Case 2

Il repose la toile par terre, en équilibre contre le pied d’un chevalet, et dit :

– Pourtant, il y a plein d’artistes géniaux qui n’ont jamais eu de succès, non ?

Elle :

– Hum… Plaisanterie mise à part, je pense que c’est surtout une question d’échelle. Je ne crois pas vraiment en la notion d’artiste maudit. Tôt ou tard, des gens finissent par s’intéresser à la qualité d’une œuvre, même s’ils sont moins nombreux qu’à un concert d’Indochine… Et plaire au plus grand nombre est certainement un peu inquiétant…

Case 3

Ils retournent vers la table à dessin et Mehdi ajoute en désignant la toile :

– Pauvre de moi. Je ne comprends vraiment rien à l’art… Et tu fais quoi, là, avec ces chiens, ces trompettes et ces pyjamas rouges ?

Case 4

Elle s’est assise et a repris une position studieuse tandis que Mehdi se tient debout près de la table. Elle lui répond :

– Oh, je m’escrime à poncer au mieux l’épaisseur de peinture de manière à obtenir une surface lisse et homogène, au plus près de la toile.

Il raille :

– De la croûte ?

Case 5

Plan des mains de Ninie s’affairant sur la toile. Elle dit :

– Ha ha ! De la croûte normalement il ne paraîtra presque plus… L’intervention est assez pénible et plutôt risquée : si par inadvertance je perce le tissu en grattant trop profondément, c’est terminé, je n’ai plus qu’à recommencer sur un autre support.

Case 6

Vue depuis derrière la table à dessin. Ninie a rechaussé ses lunettes et plongé le nez sur l’ouvrage. Mehdi fronce les sourcils et dit :

– Pourquoi ne prends-tu pas une toile vierge ?

Elle se moque :

– Tu crois que Troisgros me fera un prix ?

Lui, dubitatif :

– Qui ?

Case 7

Gros plan de Ninie. Elle a enlevé ses lunettes, les tient dans sa main et dévisage Mehdi en démystifiant :

– Je plaisante, banane ! Troisgros, c’était le fournisseur de Monet. Tu te doutes bien que le seul moyen de trouver un châssis de la fin du XIXe, c’est de récupérer du matériel d’époque… Tu sais quoi ? Je boirais bien quelque chose de rafraîchissant. Un verre de blanc, par exemple…

 

Page 66

Case 1

Extérieur jour. La pointe des Poulains sous un ciel maussade. Le vent est faible et il semble ne pas faire trop froid. Ninie et Mehdi sont vêtus de vestes légères. Ils sont assis sur des rochers, tournés vers l’océan peu agité. Entre eux, un bol de crevettes et une bouteille de vin dans un sceau à glace. Ils tiennent chacun un verre à moitié rempli. Derrière, le fort dans toute sa majesté. Mehdi :

– J’ai donné ma démission hier à la compagnie…

Case 2

Plan du couple de profil dans une orientation nord-est qui permet de faire figurer dans le champ le phare rouge et blanc de la pointe. Ninie :

– Ils ne l’ont pas trop mal pris ?

Mehdi :

– Je crois surtout qu’ils étaient étonnés. Je ne leur ai jamais causé de souci, l’entente était cordiale et j’ai toujours fait mon boulot consciencieusement… Ils ont l’habitude de côtoyer des carriéristes.

Case 3

Gros plan sur Ninie qui regarde le fond de son verre vide et murmure :

– Mehdi… J’ai peur… Il y a même pas un mois, on voyait déjà Al-Issad comparaître à La Haye… Rien n’a bougé, à part les cibles que sa police dégomme chaque jour dans la population… Et il continue à parader dans le monde comme si de rien n’était. Marcel avait vu juste, ils nous tiennent par les roubignoles et personne n’ose lever le petit doigt…

Case 4

Plan sur Mehdi, tourné vers Ninie avec une attitude rassurante. Il approche la bouteille dans le but de la servir et la conforte :

– Ne t’inquiète pas. Nous avons besoin de quinze jours d’avance sur le programme que tu as remis à Mansour. Quand ils se réveilleront, on sera déjà loin…

Case 5

Même plan que case 1, mais resserré. Mehdi remplit les verres tandis que Ninie fait tourner son poignet droit. Elle :

– J’ai négocié avec Marcel… Bien sûr, la somme qu’il me propose est loin de valoir celle promise par Al-Issad, mais suffisante pour tenir un moment et voir venir. Il prendra lui-même livraison de Tempête

Lui :

– Pour ma part, j’ai établi le contact avec Fred, mon pote de maths sup. Il était ravi de m’entendre. C’est lui qui m’a fait découvrir l’Auvergne. Un été formidable, un type remarquable… Je suis vraiment heureux de pouvoir le retrouver.

Case 6

Vue en aplomb au-dessus de leur têtes. Mehdi poursuit :

– Il a réussi à nous dénicher un buron aménagé du côté de La Godivelle. Vue imprenable sur le massif du Sancy… J’ai hâte !

Ninie :

– Mon Dieu ! Moi qui déteste avoir froid !

Case 7

Même plan, zoom avant. Ninie est toujours occupée à exercer son poignet droit. Mehdi précise :

– Oui, et les Aramiens aussi. Ils n’ont pas l’habitude de la neige et du gel, ni du vent glacial… Qu’est-ce que tu fais avec ta main depuis tout à l’heure ?

Case 8

Plan de Ninie qui se relève en s’aidant d’un bras. Elle répond :

– Des exercices d’assouplissement. Mon poignet ne doit pas trembler le jour du match !… En attendant, j’ai encore fort à faire. Je te laisse la vaisselle et j’y retourne.

 

Publicités