Page 71

Case 1

Intérieur jour. Le loft de Ninie. Un plan d’ensemble de la longueur de la grande pièce permet de voir Ninie et Mehdi alors qu’elle est assise devant l’écran de son ordinateur et que lui, tout au fond, épluche des légumes sur le bar de la cuisine. Elle est au téléphone, plutôt enjouée :

– Dans une quinzaine… Oui, fin novembre, si le temps le permet… Absolument, Mansour… Vous viendrez en personne ?… Je sais bien que rien ne vous en empêche et que vous pouvez circuler librement… Vous êtes d’un cynisme… Si on pourra manger du poisson ? Ha ha ! Je vois que vous n’avez pas renoncé à l’humour…

Case 2

Plan de Ninie qui se lève, le téléphone collé à l’oreille. Derrière, au-dessus des guitares et accroché au mur, on peut découvrir Tempête à Port-Donnant. La conversation téléphonique se poursuit :

– Écoutez, ça va bien, oui. J’ai peiné à trouver du blanc de plomb et du blanc de zinc, mais enfin je les ai… Oui, l’analyse a été faite… Ah, ça, c’est mon petit secret. À partir du blanc, je peux produire toutes les couleurs… Ta ta ta, Mansour… Bien… On fait comme ça.

Case 3

Elle se tient debout devant le tableau, le téléphone dans une main pendante, et le contemple avec une satisfaction non feinte. Elle a cette question rhétorique :

– Quel jour on est ? Samedi, non ? Samedi, c’est la fête !

Case 4

Elle entame un pas de danse. L’image rappelle le dessin de la gitane sur le paquet de cigarettes préférées de Gainsbourg.

Case 5

Elle a rejoint Mehdi au bar de la cuisine. Il est de face, beaucoup moins jovial qu’elle, les traits un peu tirés, barbe de trois jours, et découpe des pommes de terre en cubes. Elle s’est accoudée au bar depuis le petit côté, le téléphone toujours à la main, et nous présente son plus beau profil gauche. Elle propose :

– Et si on sortait, ce soir ? Si on s’amusait un peu ? Hein ? Qu’en dis-tu ?

Case 6

Plan sur Mehdi. Il a posé le couteau et la regarde d’un air amer. Il parvient à dire :

– J’aime quand tu es heureuse… Oui, oui, tout ce que tu voudras, Ninie.

Case 7

Plan sur Ninie faisant les gros yeux d’un air faussement outragé. Elle fait celle qui s’offusque :

– Comment ça, « tout ce que tu voudras, Ninie » ?

Case 8

Même plan que case 5. En plus de la fatigue, une certaine tristesse peut se lire sur le visage de Mehdi. Il corrige :

– Non, je ne voulais pas dire ça… Je pense sincèrement que c’est une très bonne idée.

Elle :

– Ah bon. Me voilà rassurée.

 

Page 72

Case 1

Mehdi tourné vers l’évier où il lave les légumes émincés :

– Qu’est-ce que tu voudrais faire, alors ?

Case 2

Ninie est repartie pour un autre tour de danse, cette fois sur la pointe des pieds, à la manière d’un ballet classique. Elle s’exclame :

– Ah ah ! Eh bien, puisque c’est moi qui choisis, je dirais restaurant d’abord. Mais pas de crêperie ou d’arnaque de ce genre. Je veux le meilleur ! Je te fais confiance pour le choix, tu es un fin gourmet.

Case 3

Du point de vue de Ninie. Mehdi sort du coin cuisine en s’essuyant les mains dans un torchon, toujours accompagné par sa triste mine. Il s’avance vers l’objectif en le regardant dans les yeux et dit :

– Ninie… je voulais te demander…

Case 4

Le couple en gros plan. Ninie passe le revers d’une main sur une des joues de Mehdi et le coupe :

– Mais il faut se mettre sur son trente et un, hein ? Soyons dignes de l’événement ! Tu vas me faire le plaisir de raser ça… Quoi donc ?

Lui :

– Tu es sûre de toi ? Je veux dire, pour le tableau. Tu es certaine que c’est celui-là qu’il faut garder ?

Case 5

Même plan. Elle s’écarte un peu, fronçant les sourcils, et s’étonne :

– Bien entendu. Pourquoi tu me demandes ça ?

Lui :

– Je ne sais pas. Il y en a un ou deux autres que je trouvais plus percutants, plus lumineux…

Case 6

Gros plan sur Ninie, à moitié souriante, qui part dans une explication :

– Plus lumineux ? Non mais voyez-vous ça ! Regarde la série de Monet, c’est d’un sombre ! Plus lumineux, pfff… Quoi qu’il en soit, c’est le seul que j’ai achevé et peaufiné à l’atelier. Bien sûr, il n’est pas livrable en l’état. Il faudra qu’il passe au séchoir de « Marcello » et qu’on lui fasse subir un petit peu d’usure. C’est la spécialité du rital, habiller la mariée… Et puis, cher ami, puisqu’on parle des autres peintures, je les ai toutes détruites.

Case 7

Contrechamp. Mehdi, les yeux écarquillés :

– Toutes détruites ?!

Case 8

Ninie, de profil, ayant repris position devant le tableau accroché au mur :

– Sans exception. Une à une, grâce à une lame de cutter bien acérée ! Eh hop ! Au feu !

 

Page 73

Case 1

Mehdi est assis devant le piano et joue avec un doigt. Il s’est ressaisi mais déplore :

– Quand je pense au nombre d’allées et venues que je me suis coltinées avec le fourbi…

Case 2

Ninie a rejoint Mehdi au piano et lui gratte les cheveux, le téléphone toujours en main. Elle lui glisse à l’oreille :

– Allez, fais pas la tête… Tu m’emmèneras chez le merlan ?

Mehdi :

– Le merlan ?

Ninie :

– Oui, le coiffeur.

Case 3

Même plan, à la différence que Ninie s’est relevée. Elle a le téléphone à l’oreille et regarde Mehdi qui, les yeux dans le vague, décline l’offre :

– Ben, si on doit sortir jusque tard, j’aimerais autant faire la sieste cet après-midi.

Elle :

– Moui… C’est vrai que tu n’as pas bonne mine… Allô, Soizic ?

Case 4

Extérieur jour. Soleil et vent soutenu. Plan depuis le toit du fort. Ninie, habillée tout en laine, manteau assorti à une jupe, les yeux chaussés de lunettes noires, pénètre dans un taxi de marque Mercedes.

Case 5

Plan du taxi qui s’éloigne depuis une fenêtre du fort de laquelle on voit la main de Mehdi écarter le rideau. Cartouches Ninie (fond blanc) :

Aussi loin que je m’en souvienne, on m’a toujours appelée Ninie.

Case 6

Plan de la place de la République de Palais. Ninie s’extrait du taxi stationné sur un emplacement réservé, au bord du parking.

Je m’appelle Ninie et je sais désormais que vieillir seul est un destin tragique et violent.

Case 7

Sac sur l’épaule, elle arpente un trottoir de la rue commerçante de l’Église. Enfilade de boutiques : boulangerie-patisserie, souvenirs, cartes postales, photographe…

Je sais qu’on ne se construit pas à l’aune de ses propres certitudes et que derrière les forts en gueule se dissimulent des fiers-à-bras tellement occupés à se voir beaux qu’ils ne prennent plus la peine de regarder.

Case 8

Elle s’est arrêtée devant un magasin de téléphonie mobile. Elle est cadrée de dos, mais on peut voir son visage grâce au reflet de la vitrine.

Je sais qu’à force de n’écouter que le son de sa voix, on finit par oublier l’harmonie des ensembles, la complémentarité des contraires ; on en sacrifie l’essentiel : la musique, ses fréquences combinées.

 

Page 74

Case 1

Plan de l’étal derrière la vitrine de la boutique, où figurent les derniers modèles en vogue de smartphones : Samsung, Nokia, LG, iPhone, BlackBerry, etc.

Je m’appelle Ninie et j’ai compris sur le tard que jamais plus je ne veux être seule.

Case 2

Gros plan sur le BlackBerry dont le modèle en vitrine est accompagné d’une étiquette : BB Curve 9330 – 299 €

Case dans la case (comme une mise en abyme) : réminiscence de la case 7 page 42, quand Marcel exhibe son BlackBerry sur le parking à la sortie sud de la plage de Donnant.

Case 3

Gros plan sur l’iPhone dont l’étiquette annonce : iPhone 4 – 32 go – 349 €

Case dans la case : le même téléphone posé en évidence sur la table de nuit dans la chambre de Ninie alors qu’elle et Mehdi font l’amour juste à côté, dans le lit.

Case 4

Même plan que case 7, page précédente. Elle se remet à marcher.

Case dans la case : un plan d’écran d’ordinateur avec la signature d’un des mails de Poly56, « envoyé de mon iPhone ».

Case 5

Intérieur jour. Le salon de coiffure. Soizic est occupée à passer de la couleur sur les cheveux d’une cliente quand Ninie pénètre dans la boutique en quittant ses lunettes de soleil et dit :

– Bonjour, Soizic.

Soizic :

– Ah, bonjour madame. Si vous voulez vous asseoir, je n’en ai plus que pour un instant.

Case 6

Du point de vue de Soizic. Ninie accroche sa laine au porte-manteau.

Case 7

Du point de vue de Ninie. Une table basse devant les fauteuils d’attente sur laquelle des magazines sont entassés.

 

Publicités